Skibi, la mascotte de Skibideal !
BETA

Recherche

Bons Plans

Actus

Compte

0/10

Elden Ring : le grand voyage des hardcore gamers enfin accessible ?

Dernière mise à jour le 20 avril 2022

Depuis maintenant plus d'une dizaine d'années, From Software surfe sur le succès d'un genre qu'il a presque créé : les Soulslike. À dire vrai, la chose n'est pas totalement vraie, puisque le studio japonais a essentiellement repris des codes d'autres jeux pour les réadapter, et les envelopper d'une touche diégétique jusqu'alors unique.

Alors que la formule consacrée "C'est le Dark Souls du [citer genre de jeu vidéo]" est désormais démocratisée, les développeurs promettent du changement. Elden Ring, nouvelle version de leur registre d'action-RPG exigeant, se veut plus accessible. Ce titre, doté d'un nouveau parfum d'open-world, est-il pour autant à la portée des joueurs occasionnels ? Et, plus important encore, quelle est sa qualité par rapport aux ténors du genre, et aux autres jeux vidéo ?

Histoire et lore : l'occulte diégèse d'Elden Ring

Le lore d'Elden Ring, particulièrement complexe et travaillé, ne se révèle qu'au travers des échanges avec les PNJ, et les descriptions d'objets acquis. Toutefois certaines bases sont-elles posées d'emblée avec une magnifique cinématique. Voilà ce qu'on peut ainsi révéler, sans trop en dire, de l'univers d'Elden Ring, concocté en collaboration avec Georges R.R. Martin.

Le Royaume de l'Entre-Terre est déchiré. Autrefois prospère, ce territoire est désormais corrompu depuis la dissolution du Cercle d'Elden, régissant les alentours de l'Arbre-Monde. Le Roi Godfrey, premier Seigneur d'Elden et premier époux de Marika, la déesse éternelle, s'est exilé et est devenu le premier Sans-Éclat, l'un de ces êtres que la Grâce a quitté.

En son absence, les descendants demi-dieux de Marika ont rejoint leurs quartiers, gardant avidement leurs Runes majeures. Après l'éclatement du Cercle d'Elden, les Sans-Éclats réinvestissent l'Entre-Terre. Vous incarnez l'un d'entre eux. Créature de peccadille face aux monstrueuses créatures et divinités qui habitent ces zones hostiles, il vous reviendra de trouver les runes majeures, restaurer l'équilibre du Cercle d'Elden, et de devenir le nouveau Seigneur d'Elden.

Prise en main : l'open-world de From Software est-il plus accessible ?

Comme dit en préambule, et répété à tort et à travers, le dernier-né des studios From Software se voudrait plus accessible. Rappelons que les premiers jeux de son genre, Demon's Souls et Dark Souls, ne possédaient aucun tutoriel, plongeant immédiatement les joueurs dans un univers sombre, cryptique, et sans merci. Au gré du temps, les créateurs ont changé leur fusil d'épaule, en proposant même avec Sekiro un véritable didacticiel.

Ce ne sera pas vraiment le cas avec Elden Ring. Plutôt que de se reposer sur un début scripté de bout en bout, où les touches apparaîtront en surbrillance, comme un QTE, le nouveau jeu adopte une posture inédite. En prévision de leur voyage, les joueurs devront tout d'abord sélectionner une classe de personnages ; qu'importe le build choisi, celui-ci n'aura d'influence qu'un temps. À terme, au fil de la progression, les points de compétence pourront être attribués comme bon lui semblera.

Test du jeu vidéo PC PS4 PS5 Xbox Elden Ring avec Margit, premier boss
Margit fait figure de premier vrai boss, terminant la zone définie comme tutoriel d'Elden Ring.

Deux éléments sont à porter au crédit de Elden Ring en matière d'accessibilité. En premier lieu, deux zones de jeu se prêteront aux premiers errements des néophytes, voire joueurs confirmés. La première prend place dans une caverne permettant d'apprendre les balbutiements du jeu. La seconde, en extérieur, était mise à disposition dans la démo, faisant office de beta. Elle s'arrête lors de la confrontation avec Margit, le premier véritable boss du jeu. Celui-ci représente un véritable challenge ; quiconque parviendra à l'occire aura compris, par la force des choses, comment se défendre et conquérir dans cet univers sans pitié.

Surtout, là où Elden Ring se révèle particulièrement accessible, c'est dans sa maîtrise de l'open-world. Là où Dark Souls et ses succédanés se faisaient linéaires, et où les boss étaient des étapes indispensables pour progresser, le nouveau jeu de From Software permet de changer de zone à tout moment. De fait, bloquer sur un demi-dieu incitera les joueurs à se tourner vers d'autres horizons, afin de progresser à leur rythme. En forgeant du fer des confrontations leur propre épopée, les participants appréhendent ainsi à un degré personnel le jeu Elden Ring. Le rendant, par là même, proprement envoûtant.

Découverte, curiosité, confrontation : les trois mamelles d'Elden Ring

Ce passage d'un monde au parcours plus ou moins linéaire à un environnement ouvert assumé, est une réussite à tout point de vue. L'Entre-Terre recèle de bâtiments remarquables, de visions de paysages éthérées, et suscite une curiosité de tous les instants. Au détour d'un chemin, le joueur peut être pris d'une envie subite d'explorer tel ou tel recoin ; souvent, mais pas tout le temps, il sera récompensé par l'ouverture d'une crypte, ou d'un petit passage lui permettant de découvrir une nouvelle zone.

La carte, immense et récoltée tôt dans l'aventure, ne dévoilera qu'avec le temps et la participation féroce d'Internet tous ses secrets. Néanmoins, force est de constater que chaque région de l'immense territoire à parcourir est dotée d'une identité lui étant propre. Liurna, la contrée lacustre, diffère grandement, dans son esthétique, de la perfide Caleid ; Nécrolimbe, pour sa part, ne saurait pas davantage être éloignée de la capitale Leyndell.

Test du jeu vidéo Elden Ring : les environnements
Les régions du jeu sont identifiables en un coup d'oeil par leurs caractéristiques visuelles et géologiques.

Ce qui marque profondément, dans Elden Ring, c'est la possibilité laissée au joueur de déterminer lui-même son périple. En voyant une forteresse très lointaine à l'horizon, il peut décider de s'y rendre sans plus tarder. Longeant le contour de la montagne, il parviendra peut-être à trouver un chemin lui permettant de monter dans une des tours du château ; de là, un nouveau chapitre de son histoire s'ouvrira, dont les sensations lui seront propres et personnelles.

Au détour d'une fortification, ou même d'un banal voyage effectué de nuit, il ne sera pas rare de rencontrer des ennemis majeurs. Ils sont pléthores à arpenter l'Entre-Terre, et chacun bénéficie d'un soin particulier dans ses animations et son character-design. Ces éléments mis bout à bout consolident l'impression d'une confrontation unique, que l'on regretterait presque d'avoir remportée, tant le sentiment de gloire à son terme est précieux. La curiosité appelle la découverte, la découverte débouche sur la confrontation ; un tiercé gagnant pour ce premier open-world brillamment maîtrisé.

Pour connaître l'histoire, il faut écouter les autres parler, jeune homme !

Comme à son habitude, Elden Ring n'est pas un jeu qui se dévoile facilement. Les joueurs devront faire preuve de patience et d'attention s'ils souhaitent connaître les dessous de l'histoire qui les implique dans cette aventure. À ce titre, il est bon de rappeler que Georges R.R. Martin a collaboré à la bible diégétique de cette épopée. Si la teneur réelle de la participation de l'émérite auteur de Game of Thrones reste inconnu, Elden Ring s'inscrit pleinement dans un carcan heroic-fantasy.

Pour les joueurs n'ayant jamais touché auparavant à un Soulslike de From Software, quelques points sont à relever. Les personnages non hostiles rencontrés révéleront davantage de choses en leur parlant plusieurs fois à la suite. L'acquisition de certains objets clés ne se fait qu'ainsi ; le premier échange se révélant particulièrement bref et vague. Par ailleurs, les quêtes annexes sont souvent évoquées à demi-mot. Il reviendra généralement au joueur d'eux-mêmes déceler les indices dans ces opaques messages. Ce faisant, ils pourront plus aisément se diriger vers leur prochaine destination.

Test Elden Ring jeu vidéo le bastion de la table ronde
Le Bastion de la Table Ronde fait figure de hub où se trouveront plusieurs PNJ essentiels à la progression et à la découverte du lore et ses quêtes.

Notons dans cette perspective la présence d'un hub respirant la quiétude. Baptisé le Bastion de la Table Ronde, ce lieu, central à l'intrigue et à certaines quêtes annexes, permettra aussi d'améliorer ses armes et d'obtenir différents pouvoirs.

Il faut également rappeler l'importance des descriptions d'objets, pour qui veut comprendre le lore d'Elden Ring. Deux visualisations des notices dans l'inventaire restent proposées ; la seconde affiche des informations essentielles sur l'univers du jeu de From Software. Plus bavard, Elden Ring l'est sans doute ; mais c'est aussi en raison de sa taille, bien plus conséquente, et du nombre de quêtes annexes faramineux, aiguillant mieux le joueur et son héros sur le chemin.

Souslike ? Oui, mais avant tout la forme la plus aboutie de Shadow of the Colossus

Indéniablement, Elden Ring est à ce jour la mouture la plus aboutie de la formule dite des Soulslike. Envoûtant, passionnant, chronophage à l'excès, mais jamais lassant, il est parvenu à synthétiser une somme folle d'influences diverses pour se les approprier, et les remodeler à son image.

Une véritable réussite, qui excuse certains éléments que d'aucuns jugeront paresseux. Dans cette perspective, croiser des adversaires auparavant rencontrés dans Dark Souls, Demon's Souls, Bloodborne ou encore Sekiro n'aura rien d'étonnant ; From Software a tout simplement repris de manière exhaustive le bestiaire de ces jeux.

Les points communs ne s'arrêtent pas en si bon chemin, et à ce titre, un sentiment de déjà-vu pourra naître dans l'esprit des joueurs connaisseurs de l'œuvre de Hidetaka Miyazaki. Les Grâces font office des feux de camp chers aux Dark Souls ; dans les donjons, il sera possible de débloquer des raccourcis pour s'affranchir des obstacles composés de hordes d'ennemis afin d'atteindre un étage supérieur plus aisément ; les runes, similaires aux âmes de naguère, se perdent dès lors que le protagoniste meurt. Il dispose alors d'un essai pour les récupérer sur son cadavre, au risque de les voir à tout jamais disparaître en cas de trépas précoce.

Elden Ring successeur de Shadow of the colossus comme prouvé par notre test du jeu vidéo
Impossible, pour qui y a joué, de ne pas penser aux sublimes environnements de Shadow of the Colossus.

Des sentiments de danger, et, par conséquent, de soulagement et de gratification se succèdent sans cesse, manette en main. Davantage, toutefois, qu'une synthèse des Souls, Elden Ring semble en être la forme la plus aboutie. Enfin, il aspire à devenir l'égal de son modèle de pensée. Pour la petite anecdote, c'est en jouant à Shadow of the Colossus, l'immense titre de Fumito Ueda, que Hidetaka Miyazaki a souhaité se lancer dans le jeu vidéo.

Jamais ce sentiment n'a été aussi prégnant. Arpenter à cheval l'immensité de l'Entre-Terre ramène sans cesse des souvenirs du jeu originellement paru sur Playstation 2. De l'architecture des bâtiments, colossaux, au sentiment de mélancolie qui plane sur ce territoire plus proche de la mort que de la vie ; la suite spirtiuelle d'Ico tient avec Elden Ring son digne successeur, voire son ultime représentation. Grandiloquente, mystérieuse, et jamais avare en passion, l'épopée d'Elden Ring est l'exemple de l'élève qui dépasse le maître.

À voir aussi : les bons plans pour Shadow of the Colossus sur PS4.

Mourir est normal, il faut l'accepter

Alors qu'ils faisaient par le passé le sel des jeux Souls, Sekiro et Bloodborne compris, les combats peuvent souvent s'éviter. Néanmoins, il serait faux de penser que les confrontations ne sont pas travaillées ; au contraire ! Les leviers d'apprentissage sont similaires en bien des points aux précédents titres des développeurs.

En dépit de leur apparence peu engageante, les ennemis sont tous accessibles. La règle primordiale est de connaître leur pattern, les mouvements et la portée de leurs armes. Mieux encore : il s'agit de maîtriser en tout point les déplacements de son avatar Sans-Éclat. Qu'il soit à cheval ou à pieds, celui-ci entamera lors de la première rencontre avec un adversaire une sorte de danse. Tournant autour, esquivant les attaques par le biais d'une roulade, le personnage jouable permettra progressivement au joueur de saisir la méthode de combat la plus avisée contre cet ennemi en particulier.

Ennemis dans le test de Elden Ring jeu vidéo PC PS4 PS5 Xbox
Petits ou gros, tous les ennemis disposent d'un pattern défini. Pour l'assimiler, rien ne vaut une petite danse avec chacun d'entre eux.

Bien entendu, Elden Ring reste punitif. À ce titre, il ne faut pas craindre la Mort ; celle-ci, dans l'open-world de l'Entre-Terre, est tout à fait normale. Mieux, elle est admise de manière diégétique. Les runes, paraissant si importantes au début, deviennent secondaires au bout d'un moment. Au fil de l'évolution au sein de ce territoire maudit, il ne sera pas rare d'en perdre une dizaine de milliers. C'est le jeu, pour ainsi dire, et chaque trépas permet de mieux en comprendre la raison.

Dans cet état d'esprit, Elden Ring n'est pas dur, à proprement parler : il est exigeant. Il nécessite une implication et une concentration parfaites de la part du joueur. Une fois celui-ci enfin entré dans l'univers hermétique du jeu, il saura juger de la pertinence d'utiliser une arme à distance plutôt que de corps-à-corps ; appréhender le timing des esquives ; savoir quand lancer un sort ou une invocation.

Demeure, une fois l'affrontement terminé, un sentiment de complétude rarement ressenti dans un jeu vidéo. Le joueur a tenté, il a perdu, mais à force d'essais, il est parvenu à vaincre. Il peut désormais avancer, frissonnant de plaisir à l'idée de ce que lui réserve la suite de son aventure.

Des défauts techniques, sublimés par une direction artistique incroyable

Tout est-il parfait dans Elden Ring ? Non, heureusement non, sans quoi le jeu ne serait pas aussi envoûtant. La perfection rend toute chose lisse ; mieux vaut des reliefs, des accroches vers lesquelles tendre. Et contrairement à ce que l'on eût pu penser à la vision des consoles proposant le titre, c'est bien la technique d'Elden Ring qui est perfectible.

Mis en parallèle avec le récent remake de Demon's Souls sur Playstation 5, le titre pourra, d'un pur point de vue graphique, décevoir. Certaines surfaces ne sont pas aussi propices au ray-tracing ou à la valorisation de la 4K, ou toute autre valeur étalon actuellement en vogue. Par ailleurs, certains bugs subsistent, en dépit des mises à jour les plus récentes. Nul doute que ces dernières perdureront, jusqu'à atteindre un jeu totalement dépourvu de souci.

Parmi ceux constatés jusqu'à présent : des créatures coincées dans les sous-sols, des monstres faisant mine d'avancer tout en restant immobile. Et, bien entendu, des zones délimitées qui feront que les ennemis ne vous poursuivront pas. Combien de joutes gagnées car l'adversaire était bloqué dans une porte, et pouvait toutefois subir les dégâts infligés par notre avatar ? Du pain béni pour les joueurs avides de gagner des runes, mais pourtant défavorable à la suspension d'incrédulité.

Architecture dans Elden Ring, dont voici le test du jeu vidéo
Les équipes de From Software sont des experts dans l'architecture européenne. Faut dire qu'après Bloodborne, Demon's Souls, et Dark Souls, les petits gars de From Software en ont une certaine expérience.

En dépit d'une technique peu reluisante, on pourrait tout passer à Elden Ring pour un seul élément : sa direction artistique. Comme Bloodborne en son temps pour l'ère victorienne, Elden Ring comble les amateurs de tableaux touchant au sublime. Que l'on ait un jour lu des romans issus du courant mélancolique (Chateaubriand, par exemple) ou aperçu au détour d'un musée des œuvres de la Renaissance, Elden Ring s'en fait un écho saisissant.

Dans des sous-sols profondément enterrés de l'Entre-Terre, sur les cimes les plus hautes de l'Arbre-Monde, le jeu de From Software se révèle un plaisir à admirer, à chaque instant. Il séduit en un coup d'œil, et fait oublier tous les impairs techniques aperçus par le passé. Incroyable à quel point il surpasse, à cet égard, la technique parfaite mais sans aucun charme d'un récent titre, également open-world, comme Horizon Forbidden West, par exemple.

Les plus

  • un sentiment de découverte magnifié par l’open-world
  • le périple, moins linéaire, rend le jeu plus accessible, tout en n’étant pas dénaturé dans son exigence
  • les rencontres avec les boss, comme naguère les colosses de Shadow of the Colossus
  • une musique qui souligne bien la tension ou la mélancolie de certains passages
  • des quêtes annexes absolument facultatives mais prouvant une grande maîtrise du game-design moderne

Les moins

  • l’histoire, toujours très cryptique (mais est-ce vraiment là un défaut ?)
  • loin des standards graphiques et techniques de 2022
  • il a une fin. Bon, il en a même trois, mais il se termine à un moment, et ça, c’est vraiment triste.
0/10

Le mot de la fin

Comment dit-on chef d'oeuvre, en japonais ? Parfaite synthèse de ce qu'a pu créer par le passé les différentes itérations des Souls, Elden Ring se démarque même de ses pairs pour toucher des doigts une Grâce que l'on pensait évanouie.

Épique tout autant que mélancolique ; aussi subtil dans ses décors que direct dans ses affrontements ; suscitant un sentiment de liberté et de découverte tout au long de son périple, le nouveau titre de From Software parvient à marquer le jeu vidéo de son empreinte.

Alors que la concurrence, depuis des années, s'inspire chaque jour davantage de sa formule, Hidetaka Miyazaki et ses collaborateurs réussissent à se surpasser. Mieux encore : ils parviennent même à mettre leur jeu à la portée de tous les joueurs, pour peu que ceux-ci se montrent intéressés et impliqués.

Elden Ring pourrait ne pas plaire à tous ; néanmoins, fortes sont les chances qu'il se révèle absolument envoûtant, forçant les joueurs à passer des après-midi, nuits, ou matinées devant leurs écrans, sans qu'ils aient l'impression d'y avoir consacré plus d'une heure.

Seule la postérité lui apportera son statut de grand jeu ; dans les faits, Elden Ring est indéniablement une nouvelle étape dans la consécration et la démocratisation d'une formule travaillée qui surpasse tous les autres essais à ce jour.

À propos de l'auteur

Solan
A passé un nombre indécent d’heures sur Rocket League pour finalement être Grand Champion. Préfère poster des bons plans aériens depuis.

Espace discussion

Laisser un commentaire

Prolongations

Si vous avez aimé Elden Ring, fortes sont les chances que vous appréciez :

  • Shadow of the Colossus
  • The Legend of Zelda : Breath of the Wild
  • la trilogie Dark Souls
  • Demon's Souls
  • Bloodborne
  • Sekiro : Shadows die Twice
  • la saga Blood Omen / Soul Reaver
  • Hollow Knight

Zone XXO

Retrouvez nous sur les réseaux

Pour suivre les dernières actus, les bons plans et soutenir le site, rejoignez nous sur la Twittosphère.

Les derniers
bons plans

Carte PSN 50€
42,59 €
50
Carte PSN 60€
Téléchargement
51,59 €
60,00 €
Abonnement PS+ Extra : 12 mois
Téléchargement
109,88 €
125,99 €
Carte-cadeau PSN 40€
34,99 €
40,00 €
Game Pass Ultimate 3 mois
26,97 €
45,00 €

Connexion

Pas encore inscrit ?

Vous n’avez pas encore de compte ? C’est par ici :)

Plateformes

Categorie Jeux video

Filtres

Categorie Bons plans
Budget - slider
01 960

Miam, les bons cookies

Parce que ce site ne pourrait pas exister sans eux, nous utilisons des cookies. Ils sont la pour améliorer votre expérience de navigation et analyser le trafic du site. Pour continuer, vous pouvez choisir de les accepter ou de les refuser avant de cliquer sur « valider » .